Après l’utilisation de moyens primitifs, débutent avec les premiers services postaux organisés, le développement du télégraphe, du téléphone, des radiocommunications puis l’ère du numérique… C’est sans doute l’un des domaines où la technologie a évoluée le plus rapidement.

Les systèmes ancestraux de communications :

Les premiers procédés de télécommunications furent les signaux de fumée, utilisés par les peuples amérindiens, ainsi que les tambours dont se servaient les peuples d’Afrique et d’Amérique du Sud. Ces signaux permettaient de transmettre des informations parfois complexes.

Au Moyen Âge, des tours placées sur les sommets permettaient de transmettre les ordres et renseignements stratégiques, mais l’information était limitée.

Au 18e siècle, Les navires de guerre communiquaient, par un système de hissage de pavillons numériques, dont la signification se trouvait dans un livre de code donnant un sens pour chaque nombre

Le Télégraphe optique :

1794 – L’ingénieur français  C. Chappe, réalisa le premier système de télégraphie optique par sémaphore entre Paris et Lille. Celui-ci était constitué de tours espacées de 10 à 30Km qui permettaient de transmettre des messages en quelques heures.

Le Télégraphe électrique filaire :

Le développement de l’électricité fit naître l’ère du télégraphe électrique.

1832 – S. Morse s’inspira des travaux de ses prédécesseurs pour inventer un système filaire simple et robuste de communication. (Naissance du code morse…)

1845 – La première ligne télégraphique filaire fut ouverte entre Washington et Baltimore.

L’expérimentation permet la transmission du son, puis de l’image :

1832 – J. Lindsay fit une démonstration de télégraphie sans fil (TSF) à ses élèves, mais c’est en 1854, qu’il réussit à communiquer en Écosse, sur une distance de 3 km.

1901 – G. Marconi réalisa la première transmission radio entre le Canada et l’Angleterre.

1912 – Transmission d’un texte par voie radio réalisée par E. Belin.

1913 – Premières liaisons radioamateurs de secours aux USA (catastrophes d’Ann-Arbor).

1923 – Les radioamateurs concourent aux réseaux de communications extrêmes par exemple lors des expéditions polaires  et explorations scientifiques (Mc Millan – 1923 ; Citroën en Asie– 1931 ; Paul Emile Victor au Groenland – 1948).

1925 – Création du Réseau des Emetteurs Français (REF), cette union regroupe et organise les radioamateurs.

1925 – J. Logie Baird démontra la transmission d’images mobiles en utilisant un disque de Nipkov. Ce fût l’invention de la « télévision mécanique ». Il faudra cependant attendre l’invention du tube cathodique par K. Braun, pour voir apparaître la première télévision utilisable est produite en 1927 par P. Farnsworth.

1972 – Les radioamateurs Français au travers de la FNRASEC, sont intégrés dans les plans de secours ORSEC.

Applications militaires et Étatiques :

1917 – Première radio militaire du Général Ferrié.

1941 – A la veille de la seconde guerre mondiale, le radar VHF fut découvert, optimisé et amélioré au cours du conflit, il permettait de détecter les raids aériens. Ce fût également la généralisation des liaisons tactiques, avec l’utilisation par les différentes armées de moyens de radiocommunications télégraphiques et téléphoniques.

1978 – La gendarmerie nationale exploite le réseau analogique SAPHIR (phonie + données à 1200 Bauds).

1991 – Premières communications numériques TETRAPOL en 80MHz de la gendarmerie sont échangées, lors des tests sur le futur réseau RUBIS dont le déploiement débutera en 1994 et s’achèvera en 2000. Il sera le premier réseau national numérique au monde à disposition des forces de sécurité pour leurs communications internes.

1995 – lancement du programme dit « Automatisation des communications radio opérationnelles de police (ACROPOL) », achevé en 2007, a permis la mise en place d’un réseau numérique TETRAPOL 400MHz sécurisé à disposition des forces de la police nationale

2004 – premier déploiement d’ANTARES dans l’Ain « Adaptation nationale des transmissions aux risques et aux secours » ce réseau TETRAPOL 400MHz dédié aux Services Départementaux d’Incendie et de Secours est supporté par l’infrastructure nationale partageable des transmissions (INPT) achevé en 2016.

L’usage des ondes dans la communication grand-public, se démocratise…

Ça Chante et parle dans les radios…

A la fin de la guerre, des milliers d’émetteurs-récepteurs déclassés, sont acquis par les Radioamateurs qui deviendront les grands précurseurs de l’expérimentation et de la communication de loisir. La radio « grand public » se développe avec la radio « toutes ondes »… Le « transistor » deviendra l’un des premiers grands équipements électroménagers, répandu dans les familles et permettant de suivre les programmes nationaux « PO-GO et OC».

1920 – Les premiers programmes quotidiens de radiodiffusion débutèrent en (Angleterre, USA, URSS).

1921 – La première station de radiodiffusion française émet en AM depuis la tour Eiffel.

1954 – La RTF, lance la première station radio FM à Paris.

1960 – Naissance des stations France Culture, Inter et Musique.

1964 – Naissance de Radio Caroline, la célèbre radio pirate offshore diffusée en AM depuis un navire situé dans les eaux internationales

1970 – Apparition des premières radios pirates FM en France.

1981 – Timide début des radios libres et la fin du monopole d’Etat.

1995 – Les radios quittent les ondes : C’est la première Webradio « Radio HK ».

2014 – Lancement des premières radios numériques en DAB+.

2016 – 31 décembre, arrêt de la diffusion de France Inter sur 162KHz AM depuis l’émetteur TDF d’Allouis, La diffusion du signal horaire persiste, sa gestion est assurée par l’ANFR.

2019 – 31 décembre, arrêt de la diffusion d’Europe 1 sur 183KHz AM depuis l’émetteur Felsberg-Berus (Sarre).

La Télévision, cette boite à images…

1950 – Les programmes nationaux sont en noir et blanc.

1960 – Arrivée de la couleur, de nouvelles chaînes voient le jour.

2011 – La télévision terrestre devient numérique avec la TNT.

Allo ?? passez moi le 22 Asnières …

Le réseau téléphonique s’étoffe, les opératrices des PTT manœuvrant les commutateurs manuels, sont remplacées peu à peu, par les commutateurs automatiques. Après les établissements publics et commerces, le téléphone fixe fait son apparition dans les foyers.

La téléphonie mobile…

            L’ère de l’analogique

1945 – Premiers téléphones mobiles non cellulaires (0G).

1948La station Radiomaritime Française « St Lys Radio » exploitée par France Télécom débute ses communications avec les navires en mer et aéronefs (en Radiotéléphonie, Radiotélégraphie et RadioTélex). Elle diffusera les avis urgents, bulletins météo et assurera les communications de secours et télécommunications privées. (Fermeture de la station en 01/1998).

1970 – Les téléphones mobiles cellulaires ne permettent le déplacement que dans une région couverte par une cellule unique composée d’un station de base de forte puissance.

1979 – A Tokyo, un système mobile cellulaire, permettant l’itinérance entre cellules, voit le jour : c’est la génération 1 (1G).

1980 – Déploiement des premiers réseaux cellulaires commerciaux, En France c’est « RADIOCOM 2000 » de France Télécom.

            L’ère du numérique

1990 – Génération 2G, apparition des systèmes mobiles cellulaires (GSM…), utilisant la bande de fréquences 900MHz.

1993 – En Finlande, l’envoi du premier SMS.

1995 – La radiomessagerie mobile est disponible en France sous les noms de Tam-Tam, Kobby ou Tatoo, c’est l’avènement de la messagerie grand-public.

2001 – Déploiement du réseau mobile cellulaire haut débit de troisième génération (3G) « W-CDMA ».

2007 – Nos téléphones se miniaturisent et proposent bien plus de services que la « simple » téléphonie, 15 ans après la naissance du premier SMARTPHONE (IBM SIMON), l’IPHONE (Apple) débarque et révolutionne le marché des terminaux de haute-technologie multifonctions.

2012 – Déploiement commercial du très haut débit cellulaire avec la 4G « LTE »

2015 – ARCEP autorise les premiers tests de la 5G menés par Orange en France (à Belfort)

Au dessus de nos têtes, l’espace et ses satellites…

1960 – La NASA, met en orbite, le premier satellite de télécommunications, il s’agit d’ECHO (ballon de 30m de diamètre, servant de relais passif par réflexion).

1961OSCAR1 est le premier satellite de communications radioamateur.

1962TELSTAR1 est le premier satellite actif relayant les télécommunications intercontinentales (orbite elliptique).

1964SYNCOM3 est quant-à lui le premier satellite actif placé sur une orbite géostationnaire.

A partir des années 70-80, se développent les systèmes de télécommunications par satellite (Iridium, Globalstar, Thuraya, Inmarsat)

1978 – Le système satellitaire de collecte de données « ARGOS », nait de la coopération Franco-américaine entre le CNES, NOAA et la NASA. Il permet principalement, la météorologie, l’étude et la protection de l’environnement (à ce jour 8000 balises sont actives et sont implantées sur des bouées dérivantes ou sur des mammifères par exemple).

Les satellites au service des secours

1971 – Au USA, l’Agence Fédérale de l’Aviation Civile, rend obligatoire l’emport des balises de détresse (ELT) sur tout aéronef d’aviation générale.

1979 – Vue la généralisation des balises de détresse 121.5MHz, dans les avions et navires, face aux pertes humaines dues à l’incapacité ou la lenteur des secours à localiser les épaves et devant l’absence d’un système international efficace et unifié, les USA, la France, l’URSS et le Canada, conçoivent et organisent le premier système international dédié à la détection des détresses par satellite: il s’agit de COSPAS-SARSAT.

1982 – Le satellite COSPAS-1 fut lancé (juin).

1982 – Le premier signal de détresse 121.5MHz était détecté. L’opération de sauvetage conduite au Canada, fut un succès et les trois survivants de ce crash d’avion de tourisme en Colombie-Britannique furent rapidement secourus (septembre)

1984 – Déjà 255 personnes secourues et 90 cas de détresse traité par SARSAT.

1985 – COSPAS-SARSAT est déclaré totalement opérationnel, il fournit des alertes de détresse ainsi que des données de localisation précises et fiables afin que les autorités de recherche et sauvetage (SAR), puissent venir en aide aux personnes en détresse sur terre, sur mer et dans les airs.

1993 – Les balises de détresse par satellite (RLS-Sat), deviennent obligatoires à bord de tous navires croisant sous le régime de convention internationale de l’OMI (SOLAS).

2009 – Depuis 1982, 27 000 personnes ont été secourues. Le système COSPAS-SARSAT se modernise : Arrêt du traitement des signaux analogiques émis sur 121.5/243MHz au profit des signaux numériques en 406MHz. Les balises de détresse deviennent portables et outres les avions et navires, sont désormais proposées aux randonneurs et sportifs adeptes de loisirs extrêmes !

Document non exhaustif – Sources diverses internet (Wikipédia, AMSAT France, COSPAS-SARSAT…) Merci à leurs auteurs.